Soirée en l’honneur du lauréat!

René Maltais, coordonnateur de la
Plateforme de chimie médicinale, a récemment participé à un cocktail tenu en son honneur au CHUL. René avait en effet remporté l’an dernier un Prix d’excellence des professionnels de recherche – volet Santé. Titulaire d’un doctorat en physiologie-endocrinologie, René Maltais travaille depuis plus de quinze ans au développement de molécules bioactives innovantes ciblant d’importantes maladies comme le cancer, l’Alzheimer et l’endométriose. Une de ces molécules prometteuses, un inhibiteur de la 17β-HSD1 nommé PBRM, cible le cancer du sein et l’endométriose et est à un stade de développement préclinique très avancé s’approchant des essais cliniques, une réalisation remarquable issue d’efforts de recherche entièrement québécois.

Continuer la lecture de « Soirée en l’honneur du lauréat! »

Prix d’excellence des professionnelles et professionnels de recherche

Pour une troisième année, les Fonds de recherche du Québec tiennent un concours réservé aux professionnelles et professionnels de recherche des laboratoires et des centres d’études. En mai prochain, ils décerneront neuf récompenses totalisant 15 000$!

Vous contribuez à l’acquisition de nouvelles connaissances, à la formation de la relève ou à la coordination d’une équipe de chercheurs?  Participez aux Prix d’excellence des professionnelles et professionnels de recherche! Vous pourriez remporter l’une des bourses de 2500 $, 1500 $ ou 1000 $ — et la reconnaissance de vos collègues.

Osez poser votre candidature!

Date limite : jeudi 15 mars à 16 h

Trois catégories pour le dépôt du dossier

Santé

Nature et technologies

Société et culture

Au sujet de ce concours

Lancés en 2016, les Prix d’excellence des professionnels de recherche sont commandités par la Fédération du personnel professionnel des universités et de la recherche (FPPU), le Syndicat des employés de la recherche de l’Université de Montréal (SERUM-AFPC) et le Syndicat des professionnelles et professionnels de recherche de l’Université Laval (SPPRUL-CSQ). Ils visent à mettre en valeur la contribution des professionnels à l’avancement de la science et de l’innovation au Québec.

Le SPPROC en quelques lignes

Le SPPROC fut fondé en 2005 par des professionnelles et professionnels de recherche désireux de faire respecter leur statut et leurs droits. En choisissant de s’affilier à la Fédération du Personnel Professionnel des Universités et de la recherche (FPPU), le syndicat fait front commun avec des alliés outillés pour les appuyer, les conseiller et les représenter.
Aujourd’hui, le syndicat compte plus de 160 membres œuvrant au Centre de recherche du CHU de Québec sur le site CHUL. Leur contribution soutenue, leur polyvalence et leur haut niveau de compétence contribuent à l’excellence de la recherche menée au Québec.

Signature de la convention collective 2017-2020

Après deux ans de négociations ardues, la convention collective 2017-2020 entre le syndicat des professionnelles et professionnels de la recherche oeuvrant au CHUL et la société de gestion du personnel du centre de recherche du CHU de Québec-Université Laval a été signée le 13 juillet 2017 en présence de représentants de la FPPU et du CHU de Québec-Université Laval.

La nouvelle entente contient plusieurs dispositions favorables aux professionnelles et professionnels de recherche du CHUL. Entre autres, elle crée une troisième catégorie de salariés pour les professionnels à haut niveau de compétence et de responsabilité. Elle restructure les échelles salariales en ajoutant deux échelons pour certains travailleurs. Elle offre aussi divers avantages destinés à retenir le personnel expérimenté, notamment une cinquième semaine de vacances annuelles après 18 années complètes de service. En contrepartie, l’employeur a obtenu de plafonner à 1600 $ par personne sa cotisation annuelle aux assurances collectives des salariés.

Michel Ouellet, président du SPPROC, voit d’un œil positif ce troisième accord de l’histoire de son organisation, valide jusqu’en 2020. « Cette convention collective jette les bases d’une juste représentation de la réalité pour les différentes catégories d’emploi professionnel dans notre établissement, formule-t-il. Elle permettra de maintenir à long terme les emplois de travailleurs hautement qualifiés dans le domaine de la recherche fondamentale et appliquée. »

Directement financés par les subventions de recherche, les professionnels de la science travaillent souvent à contrat, dans une grande précarité et des conditions variables. La crise actuelle du financement de la recherche aggrave la situation, ce qui pousse bien des travailleurs expérimentés à interrompre leur carrière dans ce domaine.

Représentants du SPPROC et de la FPPU au jour de la signature : Marie-Hélène Cavanagh, Francis Bergeron, Michel Ouellet, Hélène Gingras, Bernard Gaucher (FPPU) et Nathalie Vernoux.